Chargement

Frais d’agence, pourquoi de tels écarts ?

Posté le : 11/09/2018

Selon l'étude 2018 du gestionnaire immobilier Homepilot, les frais d’agence s'élèvent en moyenne à 5,4 % pour un appartement de 450 000 €. Plus étonnant, l’étude note de fortes disparités d'une ville à l'autre. Toujours pour un logement de 450 000 €, vous paierez en moyenne 26 000 € à Nice, 25 000 € à Paris mais seulement 21 700 € à Lyon. Au sein de la même ville, « les honoraires peuvent, à services équivalents, varier du simple ou double, souligne Gilles Bourcy, cofondateur de Homepilot. Par exemple, à Paris, l'écart est de 167 % entre l'agence la plus chère et la moins chère ».

Autres articles

Un portail d’observation des loyers

L'Agence nationale pour l'information sur le logement (ANIL) a annoncé le lancement de son portail www.observatoires-des-loyers.org.

Lire la suite

Les Français veulent consommer "responsable et plus durable"

"Pour la première fois depuis 2004, consommer responsable, c'est avant tout consommer autrement pour la majorité des Français (50,5%)", souligne Greenflex, une société de services en développement durable qui a mené cette étude avec le soutien de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

Lire la suite

La Corse, un marché au beau fixe

Avec deux agences en Corse, à Porto Vecchio et Bonifacio, Sotheby’s International Realty France - Monaco se réjouit de bons résultats en cours et à venir.

Lire la suite

Débat sur l’appartenance à la résidence principale d’un studio attenant

Pour être exonéré de plus-value, un logement doit constituer la résidence principale du vendeur au jour de la vente. La règle est simple, sauf lorsqu’il s’agit d’un studio attenant ! Débat tranché par la Cour d’appel.

Lire la suite

Dépassement des honoraires de mise en location, les astuces des agents

Des pratiques abusives des agences immobilières sont fréquemment dénoncées. Voici les principales.

Lire la suite

Copropriété : les honoraires des syndics en forte augmentation

Honoraires de base à la hausse, surfacturation de certains frais annexes... ces derniers mois, les syndics n'ont pas ménagé les porte-monnaie des copropriétaires français et ont profité du filon de la loi Alur.

Lire la suite