Chargement

Voyages aériens : Comment récupérer les objets confisqués par la sécurité ?

Posté le : 08/06/2018

Des ciseaux, des lames, des cutters, des couteaux, des battes de baseball, des matraques, des flacons de liquides, des cartouches d’imprimante, une épée en bois ou encore un embrayage de voiture… voilà l’étendue des objets confisqués par les contrôles de sécurité aux aéroports. Les passagers ont désormais la possibilité de les récupérer en consigne bagage de l’aéroport ou de les faire expédier par voie postale. En échange, le passager reçoit un récépissé et une notice expliquant la procédure à suivre pour le récupérer. Après le passage au contrôle de sûreté, le passager choisit sur l’application www.box.tripperty.com les modalités de récupération de l’objet après avoir saisi le numéro correspondant à son colis. Celui-ci peut être mis à disposition à la consigne de l’aéroport pendant deux semaines (10 €) ou expédié par voie postale (15 € en France – 20 € en Europe – 30 € à l’international). 

Autres articles

Le Conseil d'Etat consacre un délai d'un an pour agir en cas de connaissance acquise.

Par un arrêt d’assemblée n°387763 du 13 juillet 2016, le Conseil d’Etat a jugé qu’en l’absence de mention des délais et voies de recours par l’acte de notification, les décisions administratives individuelles peuvent faire en principe, l’objet d’un recours par leur destinataire, dans la limite d’un « délai raisonnable » d’un an.

Lire la suite

Le Conseil d'Etat consacre un délai d'un an pour agir en cas de connaissance acquise.

Par un arrêt d’assemblée n°387763 du 13 juillet 2016, le Conseil d’Etat a jugé qu’en l’absence de mention des délais et voies de recours par l’acte de notification, les décisions administratives individuelles peuvent faire en principe, l’objet d’un recours par leur destinataire, dans la limite d’un « délai raisonnable » d’un an.

Lire la suite

Le Conseil d'Etat consacre un délai d'un an pour agir en cas de connaissance acquise.

Par un arrêt d’assemblée n°387763 du 13 juillet 2016, le Conseil d’Etat a jugé qu’en l’absence de mention des délais et voies de recours par l’acte de notification, les décisions administratives individuelles peuvent faire en principe, l’objet d’un recours par leur destinataire, dans la limite d’un « délai raisonnable » d’un an.

Lire la suite

Le Conseil d'Etat consacre un délai d'un an pour agir en cas de connaissance acquise.

Par un arrêt d’assemblée n°387763 du 13 juillet 2016, le Conseil d’Etat a jugé qu’en l’absence de mention des délais et voies de recours par l’acte de notification, les décisions administratives individuelles peuvent faire en principe, l’objet d’un recours par leur destinataire, dans la limite d’un « délai raisonnable » d’un an.

Lire la suite

Le Conseil d'Etat consacre un délai d'un an pour agir en cas de connaissance acquise.

Par un arrêt d’assemblée n°387763 du 13 juillet 2016, le Conseil d’Etat a jugé qu’en l’absence de mention des délais et voies de recours par l’acte de notification, les décisions administratives individuelles peuvent faire en principe, l’objet d’un recours par leur destinataire, dans la limite d’un « délai raisonnable » d’un an.

Lire la suite

Le Conseil d'Etat consacre un délai d'un an pour agir en cas de connaissance acquise.

Par un arrêt d’assemblée n°387763 du 13 juillet 2016, le Conseil d’Etat a jugé qu’en l’absence de mention des délais et voies de recours par l’acte de notification, les décisions administratives individuelles peuvent faire en principe, l’objet d’un recours par leur destinataire, dans la limite d’un « délai raisonnable » d’un an.

Lire la suite

Copyright @ ACTUSITE 2018 - Mentions légales